Le « shotgun IPSC » pour les nuls ! 1er article : Divisions, conditions de départ, améliorations/modifications matériels.

French version of the Practical Shotgun Shooting for Beginners, Part 1 (Divisions, Ready Conditions, Basic Upgrades) article.

Je tiens à remercier mon ami Vitaly Pedchenko, administrateur de l’excellent site www.rem870.com offrant une véritable mine d’informations sur les shotgun (fusils à pompe ou semi-automatique de calibre 12 principalement). La discipline Shotgun de l’IPSC est, en France, une discipline assez récente faisant déjà beaucoup d’émules. Je prends le parie que cette discipline va vraiment « grossir ». En effet, les championnats du monde se tiendront en France en 2018.

Ayant sympathisé avec Vitaly, je lui ai posé pas mal de questions pour mieux comprendre les subtilités de la discipline et m’aider dans mes choix d’équipements. Il m’a alors proposé de rédiger en anglais quelques articles de bases sur la discipline pour renseigner ceux (déjà dans le domaine de l’IPSC, handgun par exemple) qui comme moi souhaiteraient de se lancer, tandis que j’en ferai la traduction.

(Au passage je tiens à remercier Kim Leppänen- champion du monde standard manuel, Jaakko Viitala de King Competition, Georges Marye, toute la team ASC TSV et Julien Boit pour toutes les informations qu’ils ont aussi pu me donner)

Le texte ci-dessous est donc la traduction française du premier article écrit par Vitaly. Il s’agit encore une fois d’un article en lien avec le tir sportif IPSC adapté au shotgun. Règlement officiel téléchargeable sur www.ipsc.org.

Bonne lecture,
Norbert PAPON

Par Vitaly Pedchenko :
En guise d’introduction je peux dire que parmi toutes les disciplines de l’IPSC, la division shotgun est certainement la plus amusante et spectaculaire. Les cibles utilisées pour les stages birdshot (munitions types grenailles/ petits plombs) sont habituellement proches, du coup les tirs relativement puissants soulèvent des nuages de poussière, les cibles en métal volent à l’impact…C’est vraiment grisant de pouvoir utiliser en compétition une arme aussi puissante. (Bien que le calibre utilisé n’est qu’un calibre de chasse.)

Les divisions du SHOTGUN dans l’IPSC

Quelles sont les différentes divisions? En réalité en fonction du type d’arme, votre classement se fera dans l’une des disciplines suivantes :
– Standard
– Standard – manuel
– Open
– Modified

Chaque discipline possède ses propres restrictions qui la rendent intéressante, mais en même temps elles sont bien différentes.

La division « standard » regroupe les tireurs utilisant des fusils semi-automatiques avec en guise de chargeur des magasins tubulaires. C’est certainement la division la plus populaire, et habituellement c’est dans cette discipline qu’on retrouve le plus grand nombre de compétiteurs.
Les shotgun sont donc de types semi-automatiques ce qui signifie que le tireur n’a pas à réaliser d’actions manuels nécessaires au rechargement. Les fusils utilisent différentes technologies : à emprunt de gaz ou inertie, pour éjecter la douille de la cartouche venant d’être tirée et recharger la chambre depuis le magasin tubulaire.

Ukrainian Shooter, Standard Division
Ukrainian Shooter, Standard Division

Concrètement, les tireurs en division standard sont généralement plus rapides que les tireurs dans la division standard-manuel (fusils à pompe). Mais cela signifie aussi, à cause du nombre de pièces mécaniques, que les fusils semi automatiques sont plus enclins à des « pannes/enrayages » à cause du choix des minutions, de l’entretien et même des conditions météorologiques. C’est pourquoi vous devez régulièrement nettoyer/lubrifier votre fusil avec des produits de qualités. Quant au fusil à inertie (Benelli), ils sont plus faciles d’entretien parce qu’ils ne possèdent pas de piston à gaz qui s’encrasse rapidement.

Les fusils semi-automatiques sont aussi très sensibles à la qualité des cartouches utilisées. Il vous faudra alors préalablement tester vos munitions et sélectionner finalement le model qui fonctionne le mieux avec votre arme. En division standard, vos munitions devront générer suffisamment de puissance pour permettre le rechargement autonome de votre arme. De fait, les munitions de 24-26gr sont un peu faibles pour permettre un bon « cyclage » de l’arme. Généralement, il faut tester entre 50-100 cartouches pour trouver la munition idéale.
Parmi tous les fusils semi automatiques du marché, 2 sont très populaires et réputés pour leur fiabilité : le Benelli M2 (à inertie) et le Berreta 1301 compétition (à emprunt de gaz).
La division standard autorise au maximum 9 cartouches approvisionnées dans l’arme avant le signal de départ, la capacité du tube magasin n’est pas limitée.

La division « standard manuel » est destinée à ceux qui préfèrent les fusils à pompe. Cette division est réputée pour être plus difficile car le tireur ne fait pas qu’appuyer sur la détente mais doit aussi, entre chaque tir, cycler son arme via une action manuel de la pompe du fusil. De ce fait, ce type de fusil est plus fiable puisque le rechargement est manuel. Il ne dépend donc pas de l’énergie générer par une munition. Ajoutez à cela un nombre de pièces mécaniques réduit.

Standard-Manual Division Shooter, Ukraine
Standard-Manual Division Shooter, Ukraine

Quoiqu’il en soit, des pannes ou enrayages (principalement) peuvent arriver, en particulier pour le tireur débutant. Il existe surtout une difficulté fréquemment rencontrée parmi les débutants…difficulté due à une mauvaise manipulation de l’arme, on appelle ça le « short stroking » (course réduite de la pompe). Cela arrive si la pompe n’est pas ramenée suffisamment en arrière (utilisation complète de la course). Donc dans le mouvement la pompe est repoussée trop tôt dans sa course, avant que la cartouche suivante quitte le tube magasin pour la planchette élévatrice/ de chargement en vue d’être chambrer. Du coup, la chambre reste vide et donc lorsqu’on appuie sur la détente on entend un simple « click ». Il faudra alors rapidement recycler l’arme pour continuer le parcours.

Les tireurs les plus expérimentés de cette division arrivent à tirer aussi vite que dans la division standard (semi auto) mais cela demande des années d’entrainement et des milliers de cartouches tirées.
La division standard autorise au maximum 9 cartouches approvisionnées dans l’arme avant le signal de départ, la capacité du tube magasin n’est pas limitée.

Dans cette division le fusil le plus populaire est sans conteste le Benelli Supernova. Il possède une large ouverture facilitant le rechargement rapide mais est surtout très fiable. Parmi les autres modèles on trouve du Remington 870, Mossberg 500 et Winchester 1300.

La division OPEN : clairement c’est la discipline faite pour ceux qui détestent l’action de rechargement. C’est la division la plus « rapide », car les fusils sont surtout équipés de freins de bouches/ compensateurs réduisant énormément le recul. Sans compter que les munitions sont insérées dans des chargeurs amovibles comme les chargeurs « rifle ou handgun ». Vous avez juste à éjecter le chargeur vide et en mettre un nouveau. La capacité des chargeurs est limitée à 12 coups mais ils ne peuvent contenir que 10 cartouches au moment du signal de départ. La longueur maximale du fusil est limitée à 1320mm. (L’arme doit tenir dans une boite rectangulaire ouverte sur une de ses longueurs, de dimension intérieure 1320mm)

Open Division Shooter, USA
Open Division Shooter, USA

Des systèmes de visées optiques ou électroniques (holographique/ points rouges) sont autorisés. Aimpoint et Eotech sont les plus utilisés. Concernant les points rouges : Leupold, Docter, C-more, Trijicon etc…
De mon expérience, c’est dans cette division que les armes sont les plus « capricieuses ». En fait, les douilles construites en plastiques ne sont pas faites pour être utiliser dans des chargeurs amovibles. Un gros travail d’amélioration et de customisation est nécessaire pour arriver au niveau de fiabilité requis pour la compétition.
En open les fusils les plus utilisés sont le Russian Vepr-12 et le Saiga-12. Ils sont utilisés par beaucoup de tireurs. Vepr-12 est le plus populaire de par sa fiabilité et la disponibilité de nombreuses pièces de customisation. Mais Kalachnikov a produit le Saiga 340, le concurrent direct du Vepr-12. Il y a bien eut une époque ou les fusils avec des magasins tubulaires étaient compétitif avec les opens mais aujourd’hui ce n’est clairement plus le cas.

Les fusils de la division open sont plus faciles d’utilisations : pour tirer, viser et recharger mais en contrepartie cette division est plus relevée. Vous devez être vraiment rapide et maitriser parfaitement le tir en déplacement.

Chose intéressante, le RAID et le GIGN utilisent des Vepr-12 canon court.

La division modified est la moins populaire avec un faible nombre de compétiteurs. Les fusils sont de types semi-automatiques à magasin tubulaire possédant des freins de bouche/ compensateur. Il est autorisé d’avoir 14 cartouches approvisionnées avant le signal de départ. La longueur maximale du fusil est limitée à 1320mm (l’arme doit tenir dans une boite rectangulaire ouverte sur une de ses longueurs, de dimension intérieure 1320mm)
Cette division se situe entre la division Standard et Open. Le fusil le plus populaire dans cette division est le Benelli M2 avec frein de bouche.

Conditions de départs

Shooter, are you ready?
Shooter, are you ready?

Il existe 3 types de conditions de départ :
– Chargé (option 1) : chargeur garni et en place (si concerné), chambre chargée, marteau et/ou platine armé et levier de sûreté mis (si l’arme en est dotée).
– Chargé (option 2) : chargeur garni et en place (si concerné), chambre(s) vide(s) et culasse fermée.
– Vide (option 3) : le magasin intégré doit être vide, les chargeurs amovibles ôtés et le(les) chambre(s) vide(s). La culasse peut être ouverte ou fermée.
Ces informations sont disponibles dans le règlement officiel téléchargeable sur le site www.ipsc.org

Amélioration « basiques » des fusils de la division standard et standard manuel

LSX Benelli M2 Carbon Magazine Extension Tube
LSX Benelli M2 Carbon Magazine Extension Tube

Rallonge de magasin
La première chose à acheter est une rallonge de magasin tubulaire. Je rappelle qu’au moment du signal de départ 9 cartouches peuvent être approvisionnées en option 2 notamment. Il est important de pouvoir charger autant de cartouches qu’autorisées par le règlement.

Généralement, les tireurs préfèrent des magasins tubulaires avec des capacités de 12. Pourquoi ? Parce qu’ils peuvent charger 4 cartouches tout en se déplaçant depuis la position de départ jusqu’ à la première position de tir. Ça permet de gagner du temps, précieux en compétition IPSC.

Il y a de nombreux fabriquant sur le marché des rallonges magasins mais le plus réputé est Nordic Component. Leurs rallonges sont en aluminium, elles sont légères mais très rigides.

N’oubliez pas de vérifier combien de cartouches de type buckshot (chevrotine) et slug (balle) peuvent être chargées (elles sont généralement plus longues que les birshots – grenailles).

Visée
Le grain d’orge n’est pas nécessairement l’organe de visée le plus adapté à la pratique du tir sportif de vitesse shotgun. L’utilisation de la fibre est conseillée. Elles sont généralement longues permettant de capter un maximum de luminosité et donc de « briller » plus. Assurez-vous de choisir une fibre de 2.5 à 3mm de diamètre. Plus large la fibre risque de couvrir la cible à plus de 50m et donc rendre le tir moins confortable.
Il y a de nombreux systèmes de visées type fibre utilisés par les tireurs : HiViz, EasyHit, TruGlo etc….J’ai une préférence pour HiViz et Easy Hit champions.

Le follower de cartouches dans le magasin
Pour améliorer la fiabilité du rechargement, l’utilisation d’un follower de qualité est indispensable. Vous devez là encore tester celui qui sera le plus performant pour votre arme. Les follower en aluminium peuvent s’user rapidement si vous vous entrainez au « dry fire » régulièrement. Vous devez les remplacer fréquemment.

Bouton de sureté
Il est possible d’installer un bouton de sureté surdimensionné sur votre fusil. Il est recommandé pour effacer plus facilement et rapidement la sureté sous le stress de la compétition.

Levier de rechargement
Les fusils semi-automatiques sont équipés de levier de rechargement. Comme pour la sureté un levier de rechargement surdimensionné est plus facilitant, notamment en condition 2 ou lorsque vous devez le tirer ou pousser lors d’un parcours.

Bouton arrêtoir de culasse
Une autre modification nécessaire pour les fusils semi-automatiques est un bouton arrêtoir de culasse surdimensionné. Cela permet de charger une cartouche plus rapidement et facilement.

FIN DU 1er ARTICLE….LA SUITE ARRIVE RAPIDEMENT

Merci à Alexander Shorvayev de la team Open Molot pour les informations sur la division des fusils Open.

Vitaly Pedchenko

My name is Vitaly Pedchenko, I started this blog and forum to share information, tips, photos, and advice about the Remington 870 shotgun, accessories, and upgrades. Now I also own AR-15 rifle and MP5 pistol caliber carbine. I am firearms instructor, competitive shooter and IPSC Range Officer. I participate in practical shooting and 3-Gun competitions because they are the best way for me to test equipment and upgrades under stress. I am member of the PRACTICA shooting club. I also participate in REAGO, which provides Tactical Combat Casualty Care training. The main purpose of the Rem870.com blog and forum is to have a compilation of information about the Remington 870 shotgun in one organized, accessible place.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Sign up to the Newsletter and get "10 Tips to Building a Tactical Remington 870" ebook: